panov-igor-4
Compositeur Igor Panov, concert au Louvre.
Biographie d'Igor Panov

Né en 1958 en Russie, reconnu comme enfant prodige

De 1967 vit à 1989 en Ukraine, après-à Metz-Nancy-Paris.

Premier récital à 8 ans

Diplôme d’école musicale 1974, Poltava

Diplôme du Collège Musical en 1978, Poltava

1984 : Diplôme de l’Académie Nationale de Musique de Kharkov et Conservatoire National Supérieure P. I. Tchaïkovski de Kiev. Médaille d’or d’œuvre symphonique à l’ unanimité du Jury

1985 : Conseiller des Théâtres d’Opéra et Ballets d’Ukraine

1986 Professeur d’Art Musical de l’Institut National de Cinématographie d’Ukraine

1987-1989: compositeur d'aupres de Studio National de Cinéma de l'Ukraine Dovzhenko

1988 : Membre de l’Union des Compositeurs d’Ukraine et URSS, Vice-Président de Section de nouveaux compositeurs de Kiev

1989-90 : stages musicaux à Metz, langage et technique musicale contemporaine, informatique musicale, technique d’enregistrement, synclavier

1990-1993 : professeur de piano et théorie musicale à l’École agréée de l’Union Philharmonique de Metz et Nancy

1991 : Certificat d’Aptitude des Conservatoires de la Ville de Paris

1992 : membre de la S.A.C.E.M.

depuis 1993 vit et travaille à Paris

1993 : adjoint musical du Conservatoire Gabriel Fauré, Paris,V arr-t, demissionné en 2007

1996 : création de EMR Classics International : Éditions Musicales Russes, Paris Concert Management, Russian World Music Audio Inc.

1997-98 : fondateur et directeur artistique  du Grand Festival d’Art Slave à Paris, au Centre Culturel de Russie, Paris-XVI sous le haut patronage de M. le Ministre Philippe Douste-Blazy et M. le Président de la République, Jacques Chirac

2001 : directeur artistique du Festival d’Art Slave d’Ile de France, Val d’Oise: "Les Enfants Prodiges de Pays de l'Est"

1990-1992 et 2001 : composition du Chagall-ballet, (avec Rudolf Nureyev, termine ce ballet en 2001, soit 10 ans après de la mort de Nureyev), développement des Editions Musicales Russes à Paris

2003- 2007 : Présentation des Editions Musicales Russes aux Salons Internationaux de Musique MUSICORA, Paris    

2003 Premiere d'ANNO DOMINI 1937", Goulag-Symphony au Philharmonia de la ville deTchernivtsi, Ukraine. Chef d'Orchestre Yosiff Sozansky

 2004 Les Editions Musicales Russes présentent leur catalogue au Salon Musical International Musicora 2004, Paris

2005 Execution de la symphonie "Anno Domini 1937" au Philharmonia National d'Ukraine,

Chef d'orchestre Victor Zdorenko, au XVème Festival "Premières Musicales de Saison", Kiev

2005 - 06 :  Préparation et participation des Editions Musicales Russes au salon international de musique MUSICORA, mars 2006, Paris, Louvre

2006, le 25 mars, première de l'opéra ukrainien national "Spivomovki" ("Demi-mots") sur les textes de Stephane Roudianski. Festival "Saisons de Premières Musicales ", Kiev, Chef d'orchestre Igor Andreevsky, avec participation de Ludmila Voynarovskaya, soprano

2006-2012: Enregistrement des oeuvres symphoniques de compositeurs Russes. 15 CD's  programmés

2007 mars : présentation des Editions Musicales Russes a Musicora, au Louvre, Paris, 

Dédicaces de ses CD’s a la soiree de clôture du Festival du Cinéma Russe a Paris « Vesna », l’espace Lincoln Champs-Elysées, 5 juin 2007 entre autres événements,

Participation au Festival Russophonie, Krêmlin-Bicêtre Janvier 2010 et 2012, France,

 

Etc.

    

*Sa conception de l’esthétique repose sur une idée globale d’élévation et

d’embellissement de l’âme. Il affirme: 

 

 « Je suis absolument persuadé que l’Art véritable est éternel et non pas cantonné à une seule époque

comme peut le prétendre l’art « contemporain ».

C’est pourquoi son sens profond, ésotérique, me préoccupe autant, et j’éprouve  énormément de joie à

le faire partager.

Mon but est avant tout, de redonner à la musique la chaleur des émotions les plus profondes ; de donner

à l’être humain des forces pour croire à la beauté.

Dans la crise profonde de la fin du XXème siècle, je rêve d’une nouvelle Renaissance qui tirerait parti

de toutes les possibilités déjà présentes dans la musique Russe et Slave.

Et si j’arrive à transmettre, ne serait - ce qu’un peu, ces valeurs aux gens, qui en éprouvent le besoin,

je pourrai dire que mes efforts n’auront été ni prématurés ni inutiles. »