abaza
ABAZA. A.
!

Abaza Arkady Maksimovich. Il est né en 1848 dans un village de la Kurylivka, région de Koursk, dans une pauvre famille noble.

   
Les parents ont encouragés le garçon à étudier la musique, il est diplômé de College  de Musique de Kharkov, puis le Conservatoire de Saint-Pétersbourg, le piano et le chant.

   
Plus tard Abaza se pérfectionne par célèbre H. von Bülow (piano) en Allemagne.

   
En 1877, il ouvre une école de musique à Soumy (l'Ukraine actuelle), où il a travaillé jusqu'en 1881, quand il a, un jeune professeur et pianiste, a été invité à Koursk.
Ici, pour le reste de leur vie, Abaza charge des classes de la Société musicale russe, enseigne la musique dans les écoles.

   
Cours de musique de Kursk se trouvés dans le Trinity Lane (aujourd'hui la rue Bebel). Maintenant, ce bâtiment n'existe pas.
À proximité il y avait une église avec merveilleuse acoustique, où passés les concerts de musique sacrée, si populaires à l'époque.

   
A.M. Abaza a reçu dans leurs classes tous ceux qui désirent étudier la musique. Par ailleurs, la structure de classe ressemblée au Conservatoire supérieure: classe de chant, cours de piano, la classe d'instruments à cordes, classe de solfège, composition, orchestration. 
Il a cherché à trouver des enseignants qui partagent ses vues sur les principes de l'éducation musicale.

   
Arkady Maksimovic a également étudié la composition lui-même. il a écrit plus de vingt chansons et une trentaine des pièces pour piano. Parmi ces chansons, comme «Ce n'est pas le vent qui tend la branche»-, «Ne dites pas n'importe qui», «Qui déchiré l'âme», «Chanson du vieil homme», «Me détruit tes yeux noirs",  et, imméncement populaire:

 

"Matinée brumeuse"-OUTRO TOUMANNOE.

La plupart des chansons sont écrites sur la poésie d'A. Koltsov.

   
Il convient de noter que le compositeur a confirmé l'amour de sa vie à l'art populaire.

L'amour à la musique folklorique mis dans un discours AM Abaza lors d'une réunion du comité provincial scientifique archive Koursk, dans lequel il affirmait, la création d'un département du musée des instruments de musique folkloriques.

   
Ces faits suggèrent que la carrière musicale du compositeur a été étroitement liée avec les gens autours de terrain.

   
Souvent Arkady Maksimovich parlé au publique avant jouér les concerts. Il a expliqué du travail de M. Glinka et A. Rubinstein, l'importance de la musique folklorique. Ses notes sur les musiciens en tournée de discours souvent apparu dans "Koursk province nouvelles".
Et après toutes ces années de Koursk, qui se trouve sur le «carrefour des routes", a été visité par de nombreuses célébrités:

Sobinov, Sarasate, Auer et Andzhnoletti, Vyaltseva et Leo Sirota ...

   
Sophia Trofimovna Abaza, l'épouse du neveu du compositeur, se souvient:

«Arkady Maksimovich était pas de grand taille, avec une petite barbe en forme de coin, les yeux vifs, rapide dans ses mouvements ... Je me souviens que il a préferé l'anoraque, un peu comme un vêtement favori ...

Ces souvenirs sont bien sobres, et, malheureusement, les archives ou de photographies de AM Abaza, sont pas surveçues, il ne reste même aucun manusrit musical  !

   
Avis de décès mort AM Abaza (il est décédé le 03/01/1915, l') ont été publiés dans de nombreuses revues. Nickolay Roslavetz écrit dans "Russian Musical Gazette", numéro 6-7 1915:

«... un professeur sensible et expérimenté, noble homme, dont le cœur est toujours sensible à la douleur, son âme est toujouors uverte à la malheur des autres...

 Arkady Maksimovich Abaza a représenté une image d'un professeur vraiment  idèal ... "

*Parmi ses éléves à Koursk à noter compositeur Nikolai ROSLAVETS   (moderniste soviètique)


Références:
A.M. . Abaza) / / Kourskaia Byl' -Cronicles. 1915 -. Janvier 5-6.

Pour écouter un audio-vidéo d'Abaza, cliquez sur son romance :

 "OUTRO TOUMANNOE" - "MATINEE BRUMEUSEE"